emmanuel-macron-au-parc-des-expositions-in-paris-le-23-avril-2017_5867669

 

Elu président de la République, Emmanuel Macron aura dans les semaines à venir plusieurs sujets de négociation au sein de l’Union Européenne.

La présidence du Conseil, actuellement assurée par Malte, prévoit notamment d’aboutir à une « orientation générale » des Etats membres avant juillet 2017, en vue de la révision des directives relatives à l’efficacité énergétique et à la performance énergétique des bâtiments.

 

« Clean energy for all Europeans »

Fin novembre 2016, la Commission européenne a en effet présenté un paquet de mesures (« Winter Package ») destinées à fournir une énergie propre à tous les européens.

L’Union de l’énergie et la révision du cadre législatif européen doivent permettre une transition énergétique porteuse d’emplois et de croissance verte, en donnant la priorité à l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables.

Ce paquet est désormais entre les mains des co-législateurs, le Conseil de l’Union et le Parlement européen.

 

Le 26 juin 2017 : un rendez-vous décisif pour la transition énergétique en Europe

Jusqu’à présent, les négociations entre les représentants des Etats membres ont achoppé sur la question de l’objectif d’efficacité énergétique à l’horizon 2030. La Commission européenne propose de relever l’objectif à 30% et qu’il soit contraignant. Le Parlement européen a lui adopté fin 2016 une résolution pour le porter à 40%.

Certains Etats membres ne l’entendent pas ainsi et ont opposé une fin de non-recevoir à un objectif contraignant. D’autres vont même plus loin en contestant le relèvement de l’objectif à 30%.

La nouvelle proposition de compromis préparée par Malte prévoit que l’objectif de 30% pour 2030 soit « indicatif » et abaisse à 1,4% l’objectif de réduction de la vente d’énergie aux consommateurs finaux pour la période 2021 à 2030, en recul par rapport à l’ambition actuelle de réduction de  1,5% applicable jusqu’en 2020 que la Commission européenne veut prolonger.

Le nouveau gouvernement aura l’occasion de porter une position forte sur le maintien des 1,5 % d’ici le mois prochain. En effet, la réunion du Conseil, le 26 juin au Luxembourg, sera un rendez-vous important pour soutenir des objectifs européens ambitieux en matière d’efficacité énergétique.

La mise en application de l’Accord de Paris sur le climat ainsi que la mise en œuvre de la loi de transition énergétique incitent en effet à élever le niveau d’ambition.

Désireux de relancer le couple franco-allemand, Emmanuel Macron pourrait bien trouver dans l’efficacité énergétique un des premiers points de convergence avec l’Allemagne.

[vc_empty_space height=”32px”]